13.10.2020
Ainsi vit le monde

Slider

L’espace de vie devient plus rare dans le monde entier. En même temps, nos vies se déroulent de plus en plus dans des pièces. C’est donc une question de personnalité comment concevoir son propre chez-soi. Nous avons rendu visite à des personnes du monde entier chez elles.

Auparavant, nos ancêtres vivaient confortablement dans des cavernes sûres et obscures – c’est une idée fausse, comme le prétendent les historiens modernes. La famille de l’âge de pierre se déplaçait dans la nature et fabriquait des tentes en cuir et des huttes en feuillage. Les cavernes devaient servir à d’autres fins. Nous, les protagonistes du 21e siècle, sommes les vrais «hommes des cavernes». Jamais auparavant autant de bâtiments n’ont été construits. Et jamais auparavant des êtres vivants passaient autant de temps dans des pièces. Cela impose de grandes exigences à notre «caverne» : d’un abri, elle devient un espace d’action multifonctionnel. Nous voulons nous y détendre, communiquer, travailler – et parfois juste trouver une tranquillité. Alors que nos ancêtres ont d’abord dû inventer les paumelles pour se retirer, nous disposons de techniques de coulissement. Elles permettent une utilisation diversifiée des espaces de vie et de travail. Mais une analyse au niveau mondial montre que dans de nombreuses régions le potentiel n’est pas exploité.

Maison réalisée soi-même en Australie

Notre voyage commence avec une explosion de l’autre côté du globe. «C’était dans la nuit du 1er avril 2011, quand une bouteille de gaz a explosé dans notre atelier», explique l’Australien Bill Dorman (60 ans). Son fils Jasper (21) avait soudé dans la soirée et oublié de fermer le robinet de gaz. Les pompiers se sont déployés sur un large périmètre et le quartier a dû être évacué. L’énorme bâtiment en tôle d’acier a brûlé jusqu’aux fondations. La perte était totale. «C’était très difficile au début. Mais aujourd’hui nous en sommes heureux».

Bill et sa femme Jo (51) Dorman sont assis dans leur nouvelle maison dans la petite ville de Goulburn au sud de Sydney. C’est une pièce de 82 mètres carrés, avec une cuisine intégrée et un coin salon, des hauts plafonds, en grande partie en bois, et construite par Monsieur Dorman lui-même. Il est un ancien professeur en métallurgie et un artiste qui expose ses sculptures de fer dans le monde entier. «L’incident a été le signal déclencheur pour nous de réaliser notre rêve». Pendant des décennies, la famille a habité dans un petit chalet du 19e siècle, tout près de la route. «Je me sentais isolé dans la cuisine», se souvient Jo.


Pionnier original de l’énergie
L’assistante maternelle n’a plus ces problèmes. L’espace dans la nouvelle maison permet un perpétuel échange social. Que ce soit en famille ou entre amis : il y a de la vie, on y boit, cuisine, mange, rit, discute, se réconcilie. « Nous utilisons l’ancien chalet uniquement pour dormir », explique Bill.


Il a fallu cinq ans à Bill Dorman pour construire la nouvelle maison. Tout ce qui était possible de faire soi-même, il l’a fait lui-même. Chaque tiroir, chaque serrure à clapet, et surtout chaque porte – «je m’appelle tout de même Dorman». Dans la mesure du possible, il a utilisé des matériaux de construction recyclés. L’efficacité énergétique était un aspect crucial dans la conception – ce qui est inhabituel dans un pays où la plupart des maisons sont à peine isolées. L’artiste trouvait l’idée du coulissement très intéressante. Les portes coulissantes, cependant, doivent absolument fermer hermétiquement – déjà à cause des nombreuses mouches!

Goulburn affiche plus de 40 degrés en été et il y fait très froid en hiver. Un sol en béton poli accumule la chaleur du soleil pendant la journée. Et si cela ne suffit pas, quelques panneaux solaires et une batterie Tesla aident à relever la température le soir et la nuit. « Même au plus profond de l’hiver, nous dépensons par jour presque rien pour l’électricité », explique Monsieur Dorman. Contrairement à de nombreux Australiens, les Dormans ne se considèrent pas comme des « types à barbecue ». Bien qu’ils aient installé un foyer dans le jardin, ils se sentent plus à l’aise dans leur grande pièce. Ou dans le nouvel atelier.

Bill Dorman souligne que son « Shed » est un lieu de travail. Pas, comme beaucoup d’Australiens, un endroit où ils peuvent « se retirer et se saouler ». L’artiste regrette seulement que l’ancien atelier n’ait pas volé plus tôt en éclats

«Nous utilisons l’ancien chalet uniquement pour dormir.»

Bill Dorman, Goulburn, Australie

Appartement ancien à Hambourg

Un coin de paradis à habiter peut aussi être trouvé dans la ville portuaire dense de Hambourg. «Burgersnack, pédiatre, supermarché – tout est au coin de la rue!» s’exclame Katlyn Pedroza de son appartement. Le bruit du train de banlieue qui entre encore et encore dans la gare voisine ne la dérange pas. Elle a déménagé des États-Unis à Hambourg avec son mari Marcus et son fils Carson, âgé d’un an, il y a huit ans. Trouver un appartement n’a pas été facile – et la situation s’est encore dégradée depuis. Dans les quartiers branchés de Hambourg, faire une visite avec 40 ou 50 personnes intéressées n’est pas rare.

Les deux Texans ont été d’autant plus heureux quand ils ont obtenu le contrat pour l’appartement. Ils ont aimé l’idée de vivre au centre, dans le quartier de Bergedorf. En plus de Carson (9), Reilly (7) et Emery (4) ont entretemps rejoint la famille. Les amitiés avec d’autres familles s’entretiennent facilement ici : on se rencontre souvent dans le parc du château voisin, au centre parental au coin de la rue ou sur le chemin de la boulangerie.


Un autre atout : le charme du début du siècle. « Nous ne connaissions pas du tout ce type d’appartement ancien aux États-Unis, mais nous aimions les hauts plafonds et les vieilles portes », explique Marcus. Même le salon spacieux s’intègre parfaitement. C’est là que la vie se passe : sur les canapés pour se détendre et se défouler et, pour les travaux manuels et les jeux des enfants, il y a beaucoup d’espace. Et des invités sont souvent assis à la table à manger.



Pénurie aiguë de logements
L’appartement a parfaitement survécu à l’agrandissement de la famille. Reilly et Emery partagent une grande chambre, Carson a la sienne à côté. «Nous avons souvent changé de chambres», explique Marcus. «Au début, la petite pièce était la chambre du bébé, maintenant c’est notre bureau. La salle de jeux de Carson était dans la moitié de la pièce, maintenant nous y avons emménagé notre chambre à coucher. Le lit conjugal y est parfaitement adapté. Il manque seulement une paroi vers le couloir.

Katlyn et Marcus auraient souhaité y installer une porte coulissante pour pouvoir s’isoler un peu. Et même une division flexible dans le salon serait pratique. Les amis et les grands-parents auraient ainsi une chambre fermée lors de leurs visites. Qui sait, peut-être que la famille pourra le suggérer au propriétaire lors de la prochaine rénovation?

Un problème à Hambourg : beaucoup des 1,8 million d’habitants ne peuvent pas se permettre un déménagement parce que lors d’un nouveau bail, les propriétaires aiment augmenter les prix. Entre 2007 et 2017, le loyer moyen a augmenté de près de 30 %. Bien que le Sénat de Hambourg construise plus d’appartements qu’il y a dix ans – jusqu’à 8 500 par an – la pénurie de logements reste aiguë. Avoir ses propres quatre murs est impensable pour la plupart : après Berlin, Hambourg a le taux de propriétaires le plus bas. 80 pour cent des logements sont loués.

«Nous avons été conquis par les hauts plafonds et les vieilles portes de l’appartement ancien!»

Katlyn Pedroza, Hambourg

Un toit à Singapour, quatre générations

L ’espace de vie est également très recherché sur l’île tropicale de Singapour, premier centre financier d’Asie. Un aimant économique qui attire de plus en plus de personnes. Il n’est donc pas surprenant que Liwani Izzati (19 ans) souhaite parfois plus d’intimité. Elle est étudiante en gestion des entreprises à l’École polytechnique, mais gagne sa vie en tant que chanteuse, se produisant souvent le soir – et est une célébrité locale.

Mais elle ne trouve pas la tranquillité! Pas à la maison et surtout pas le week-end. « Une douzaine de tongs – ou plus – et des sandales devant votre porte sont un signe indubitable du nombre de visiteurs », plaisante Liwani. Des cousines qu’elle ne connaît même pas, des parents de Malaisie, des voisins de l’immeuble 15, des collègues de sa mère, des infirmières pour sa grandmère malade. « Ma mère Nuraini cuisine irrésistiblement bien », ajoute-t-elle malicieusement, mais aussi fièrement.


Singapour est considérée comme une métropole ultramoderne. C’est vrai. Mais loin des boulevards et du quartier des affaires, il y a des zones résidentielles qui ne cadrent pas tout à fait avec l’image scintillante : des lotissements, tels que Bedok Reservoir, où Liwani a grandi. Fonctionnels, plutôt stériles et surtout plus anciens, mais familiaux. Ce sont des appartements HDB typiques : des appartements qui sont mis à disposition selon la loi de construction pour 99 ans. L’abréviation HDB signifie « Housing Development Board », le principal maître d’ouvrage d’État de l’île qui exploite une sorte d’entreprise de logements sociaux. Ces appartements HDB incarnent la construction dense par excellence. Les liaisons aux transports publics, aux magasins et aux centres commerciaux sont garanties. Et surtout : dans le cas, par ailleurs assez cher, de Singapour, ils sont abordables pour le grand public grâce aux subventions.


Les grands appartements cèdent la place aux petits
Siti Jaria, la grand-mère de Liwani âgée de 79 ans, vit également ici. À la fin des années soixante-dix, elle a acheté l’appartement avec son mari maintenant décédé. Falisaya, la petite-fille, a un an et demi. Quatre générations sous un même toit, c’est inhabituel même à Singapour où les liens familiaux sont cultivés, une attitude typiquement asiatique. Luwani roule des yeux : non, cet appartement n’a jamais connu le calme.

N’est-ce pas normal pour les Malais qui vivent ici et qui représentent, avec les Chinois, une minorité ? «Oui et non», dit Luwani. Les appartements étaient autrefois conçus de manière relativement généreuse, comme ici. Celui-ci, c’est rare, a même deux étages. Cela rend la vie plus facile. «En outre, nous utilisons aussi des cloisons de séparation mobiles.»

Les appartements modernes sont beaucoup plus petits et conçus pour être plus ouverts – pour donner au moins l’apparence de volume. Si vous souhaitez des subdivisions et des pare-vues, vous devez utiliser des portes coulissantes et des paravents. La tendance est claire: les appartements HDB plus anciens et plus grands, comme celui de Luwani, sont au fur et à mesure démolis. Des bâtiments jusqu’à vingt étages et avec un plan d’étage plus petit y sont construits. Du hall d’entrée jusqu’au couloir et à la salle d’eau : l’espace est rare dans la région commerçante de l’Asie. Il reste l’espoir qu’il puisse être utilisé avec élégance.

«Nous utilisons souvent des parois coulissantes flexibles.»

Luwani Izzati, Singapour

Maison de campagne aux États-Unis

Le vaste nord-est de l’État américain du Wisconsin avec ses 15 000 lacs rencontre des problèmes complètement différents. La terre est abondante ici. Mais il doit être partagé entre autres avec les ours et les blaireaux. Si vous aimez la vie de campagne idyllique, vous pouvez à ce jour réaliser la maison de vos rêves avec beaucoup de terrain – comme la famille de médecin Michael et Jodi Williams avec leurs enfants Hannah, Haley, Ashley et Jacob.

Elle vit dans une construction à ossature en bois avec une véranda couverte typique des États-Unis. Le type de maison trouve d’ailleurs son origine dans la construction à ossature bois européenne. Les façades comme les bardeaux de toit sont en bois. « Nous avons agrandi notre espace de vie principal par une cuisine ouverte », explique Jodi. Les transitions spacieuses et fluides sont populaires aux États-Unis, tout comme les placards encastrés et les dressings. Ainsi, les pièces semblent plus grandes. 

«Cuisiner, jouer, étudier, tout se déroule dans une seule pièce baignée de lumière», dit joyeusement Jodi. Elle forme le cœur de la maison. Bien que les Williams disposent de beaucoup d’espace, ils ont équipé la véranda et les placards de portes coulissantes. «C’est pratique quand beaucoup de personnes traversent le couloir.» Et c’est souvent le cas chez les Williams. Ils aiment recevoir – à moins qu’ils ne pratiquent leur passe-temps: voyager.

Le style architectural reflète le style de vie flexible
Presque aucun bâtiment aux États-Unis ne peut se passer d’une solution pour portes coulissantes. Peut-être que cela reflète un peu la mobilité des Américains. Tout comme la construction de la maison, qui s’achève généralement en quelques mois, souvent en moitié moins de temps qu’en Europe. En moyenne, une famille américaine déménage tous les cinq ans – le travail et les études l’exigent. Ceci conclut notre expédition. Et c’est le début d’un voyage imaginaire – vers une maison aux frontières mobiles.

«Nous sommes heureux d’avoir une porte coulissante quand beaucoup de personnes traversent le couloir. Et c’est souvent le cas chez nous.»

Jodi Williams, Wisconsin, États-Unis
Assortiments
Dans le bâtiment
Segments
Residential
Sujet
SLIDE
24.11.2020
Magie à galandage
Roman Koch de Stokk GmbH raconte comment Hawa Junior a changé son entreprise.
17.11.2020
« Dans dix ans, nous serons plus connus qu’aujourd’hui »
Entrevue sur l'expansion de Hawa avec directeur commercial Heinz Haab.