11.08.2020

«La réalité est plus passionnante que la science-fiction.»

L’urbanisation est ultra-tendance : jamais auparavant les villes n’ont grandi plus rapidement. L’urbaniste et architecte Kees Christiaanse révèle comment vivre demain. Il a notamment fait des recherches au Future Cities Laboratory à Singapour pour l’ETH de Zurich.
 

Professeur Christiaanse, vous avez des bureaux dans différentes parties du monde, en Europe comme en Asie. Quelles sont les architectures les plus futuristes ?
Il y en a beaucoup ! À Singapour, je trouve le bâtiment Woha très intéressant en termes d’urbanisme et d’architecture : la «plante» de 200 mètres de haut a des façades semi-transparentes recouvertes de végétation. Au Cupertino en Californie, l’Apple Campus autonome sur le plan énergétique semble futuriste. Cependant, quelque chose plaide contre l’OVNI de 460 mètres de large implanté dans le paysage : il est en forme d’anneau – un symbole de cloisonnement. Et surtout, il est uniquement accessible via un parking souterrain et en voiture. Le groupement coopératif Kalkbreite de Zurich est très différent : au rez-de-chaussée, les boutiques et les restaurants donnent sur l’extérieur. La structure permet une grande variété d’utilisations et au sommet s’épanouit un paysage de toitures.

Le bâtiment Woha interpelle par ses zones vertes. Des éco-utopies sont-elles réalisées à l’ère des gratte-ciel ?
Lesdits jardins verticaux ont un impact positif sur le cadre de vie. Ils peuvent favoriser l’équilibre thermique des bâtiments en offrant une climatisation et une protection contre le soleil. Mais pour offrir une qualité suffisante, des « vraies » structures vertes sont nécessaires. Cela signifie qu’une couche épaisse de terre et de vrais arbres sont requis. J’approuve les structures urbaines qui se sont développées au fil des ans – ou les nouvelles structures qui évoluent à partir d’une conception de base robuste.

Nommez des exemples réussis.
HafenCity Hamburg est l’un des plus grands projets de rénovation urbaine en Europe. Il a vu le jour à partir des murs de quai existants, des bassins, de certains bâtiments existants et bien sûr de nouveaux bâtiments. La diversité vous fait penser que vous êtes dans une ville qui s’est développée « naturellement ». Le plan directeur du canton et de la ville de Zurich en Suisse est également exemplaire. Il détermine au niveau intercommunal où construire et où ne pas construire. Cela évite les superstructures à grande échelle mal conçues et garantit un excellent réseau de transport public. Ajoutez à cela la traversée attrayante du paysage, la qualité élevée de l’eau dans les lacs et les rivières. Et à partir du centre ville, vous êtes à 15 minutes dans la nature – à pied.

La ville et la campagne se densifient de manière de plus en plus.
Il existe deux modèles d’urbanisation opposés : la ville compacte, dense et attrayante – et le paysage urbain, également connu sous le nom de «Desa Kota». Le nom vient du paysage semi-rural qui traverse tout Java en Indonésie. Le paysage se peuple car les prix des terrains sont inférieurs à ceux de la ville et l’accessibilité est initialement pratique. Ce type d’urbanisation engendre une congestion du réseau de transport et des «problèmes de digestion».

Un tel paysage urbain ne semble pas très attrayant …
Mais il demeure une réalité. C’est pourquoi il doit faire l’objet d’une conception au niveau politique et architectural sous peine d’entraîner des embouteillages, un gaspillage des terres et de l’inefficacité.

Comment allons-nous vivre en 2050?
Climat, économie, numérisation, vieillissement de la société, migration : que représentera 2050? Toutes nos idées sont probablement complètement fausses.

Mais en tant qu’urbaniste, vous façonnez l’avenir.
Nous prévoyons trois tendances de croissance : le pire, la tendance et le souhaitable. Puis nous voyons à partir de là, quels scénarios pourraient émerger dans dix, vingt ans. Nous essayons de concevoir une structure qui ne soit pas trop rigide pour que des transformations et ajustements puissent avoir lieu entretemps.

Êtes-vous également inspiré par la science-fiction?
Non ! La réalité est plus excitante que la science-fiction. Notre professeur de biologie avait déclaré il y a 50 ans: «La magie n’existe pas, mais la réalité enchante plus que vous ne pouvez l’imaginer.» Nous lui avions demandé : «Pourquoi?» Il avait répondu : «Rien ne sera impossible à l’avenir.» La science-fiction peut être géniale, mais cela ne nous est pas utile. Une ville compacte se développe presque par elle-même : par la concentration des personnes qui s’y côtoient avec leurs intérêts. Cela se traduit souvent par des solutions créatives.

Quelles autres tendances en termes d’habitation émergent?
Pour diverses raisons, des complexes introvertis sont deman - dés – desdits Gated Communities. Dans ces lotissements fermés, la caractéristique de la sécurité est exagérée, de sorte que cela affecte tous les aspects de la ville.

Nous devons apprendre à concevoir des paysages urbains. Sinon, le trafic s’effondrera et la nature sera inutilement. détruite.

Par exemple?
Dans le passé, un complexe de bâtiments avait un jardin accessible. Aujourd’hui, une clôture est posée devant. Le jardin n’est accessible que par empreintes digitales via une commande électronique.

Comment influencez-vous ces évolutions?
En tant qu’urbanistes, nous essayons de prévenir cela. Parce que la transparence et la perméabilité sont des conditions préalables importantes pour la qualité de vie d’une ville.

Vous souhaitez des zones d’ouverture dans les lieux publics.
Absolument, c’est important. J’appelle de telles zones des espaces d’improvisation. Ils insufflent la vie aux lieux.

Où et comment peuvent-ils être conçus?
Dans la zone de transition entre l’espace public et les bâtiments privés. Le bâtiment situé Wasserwerkstrasse à Zurich, où nous avons un bureau, en est un bon exemple. Il y a une maison de la danse, un cinéma en plein air et un bassin fluvial : en été, vous êtes à l’extérieur et organisez des réunions à côté des exercices de danse. Et peut-être y a-t-il un kiosque à proximité ou un traiteur proposant leurs produits à proximité. 

Existe-t-il des lignes directrices pour de tels espaces d’improvisation ?
Nous disons qu’une zone en rez-de-chaussée doit être flexible et être dans une certaine mesure publique. Ensuite, nous prévoyons les largeurs de la zone, trois ou cinq mètres avant le bâtiment. Cette improvisation peut ainsi avoir lieu dans certaines limites.

Dans les villes chaudes, il faut également une pénétrabilité pour que le vent frais puisse passer.
Dans les climats chauds, vous pouvez créer un double toit et laisser un espace de ventilation sous la couche supérieure. Une autre possibilité pour ventiler est de recouvrir les façades, de faire pousser du lierre et y laisser couler l’eau de pluie. Cela climatise et protège contre le soleil.

Le changement climatique est actuellement dans tous les esprits.
Nous travaillons dur sur la façon de rendre les bâtiments, l’eau de pluie, la ventilation, la climatisation dans différents climats plus ou moins neutres en énergie. C’est plus facile dans les climats plus froids. À Singapour, la climatisation est deux à quatre fois plus chère qu’en Europe de l’Ouest. La climatisation consomme beaucoup plus d’énergie que le chauffage.

Les solutions pour portes coulissantes sur les façades peuvent-elles aussi être utiles?
Oui. Pour les bâtiments, les doubles façades coulissantes sont très efficaces et offrent une flexibilité supplémentaire. Vous pouvez varier entre les différentes couches et ainsi mieux contrôler le climat. C’est plus efficace que d’avoir une seule solution.

Les espaces privés et professionnels deviennent également plus rares. Les solutions pour portes coulissantes sont-elles intéressantes dans ces cas?
En plus d’un plan d’étage intelligent, ces solutions contribuent également à créer de l’espace et de la flexibilité. Déjà parce que l’espace de rotation du vantail est éliminé.

Votre bureau est impliqué dans des projets majeurs dans le monde entier. Quelle est la liberté en terme d’esthétique dans la construction aujourd’hui?
De manière générale, j’observe dans la construction, d’une part, une augmentation des possibilités et, d’autre part, une normalisation. Auparavant, différents charpentiers fabriquaient les cadres de fenêtres. Aujourd’hui, ils proviennent de la même usine. Cela vaut également pour la façade, le plafond, simplement tout. En tant qu’architecte, vous êtes confronté à une normalisation croissante. Dans le même temps, les logiciels modernes permettent des adaptations individuelles en touchant un bouton.

Il existe également une variété de matériaux.
Seuls le bois, le verre, la brique et peut-être l’ardoise étaient disponibles il y a 100 ans. Maintenant, les matériaux les plus rares peuvent être déplacés entre les continents.

Les façades coulissantes peuvent contribuer au climat agréable d’une pièce.

Urbaniste de format mondial

Le Néerlandais Kees Christiaanse (65 ans) est le fondateur du bureau d’architecture et de planification KCAP Architects& Planners. Il emploie plus de 100 architectes, urbanistes et paysagistes issus de 20 pays à Zurich, Rotterdam et Shanghai. «Nous formons une unité avec trois espaces dans trois pays», explique Monsieur Christiaanse. Le professeur d’architecture et d’urbanisme, récemment devenu émérite, se rend régulièrement à Singapour où, depuis 2010, il a aidé l’École polytechnique fédérale (ETH) de Zurich à mettre en place et à diriger le Future Cities Laboratory avec 75 collaborateurs.

Sujet
Microliving, Slide Magazine
Segments
Corporate, Residential